événements en 2020

événements en 2020

Novembre

Article dans le Messager.

Article dans le Messager.

Octobre

Article dans le Dauphiné Libéré.

Article dans le Dauphiné Libéré.

DAU2

Article du 24 heures reprit dans la Tribune de Genève.

Article du 24 heures reprit dans la Tribune de Genève.

Article sorti à Genève.

Article sorti à Genève.

Article sorti dans le 24 heures (CH).

Article sorti à Nyon (CH).

Article sorti à Nyon (CH).

Article sorti à Nyon (CH).

Article sorti à Nyon (CH).

Article sorti à Nyon (CH).

My Way Prangins

Après la 5ème étape My Way à St Prex (CH).

Après la 5ème étape My Way à St Prex (CH).

Affiche Conference Didier Bovard (1)

Un grand merci à nomade-bike de Muraz (Suisse) pour les repas lyophilisé et les barres énergétiques offerts pour la suite du tour du Léman.

Un grand merci à nomade-bike de Muraz (Suisse) pour les repas lyophilisés et les barres énergétiques offerts pour la suite du tour du Léman.

Septembre

Alors ça pour une surprise, la visite de Jean-Gabriel Chelala habitant en Suisse maintenant, un aussi fada que moi du pédalo, à nous deux on contabilise 30'000 km sur l'océan. Un gars sympa, humble et respectueux des règles que nous soumet Dame Nature. Je vous laisse visiter son site : www.jeangabrielchelala.com

Alors ça pour une surprise, la visite de Jean-Gabriel Chelala habitant en Suisse maintenant, un aussi fada que moi du pédalo, à nous deux on contabilise 30’000 km sur l’océan. Un gars sympa, humble et respectueux des règles que nous soumet Dame Nature. Je vous laisse visiter son site : www.jeangabrielchelala.com

Demain je m'occupe de cette infiltration d'eau, change la barre de direction du gouvernail perdu lors du sauvetage, et fait une révision complète. Mes pieds bénissent aussi cet arrêt, après deux jours sans enlever les chaussons, j'ai eu peur en les voyant aussi transparents que du cristal 😁 Ce soir je dors au sec grâce à José del Val directeur du club de voile de Pully qui m'a proposé un lieu plus confortable.

Demain je m’occupe de cette infiltration d’eau, change la barre de direction du gouvernail perdu lors du sauvetage, et fait une révision complète. Mes pieds bénissent aussi cet arrêt, après deux jours sans enlever les chaussons, j’ai eu peur en les voyant aussi transparents que du cristal 😁 Ce soir je dors au sec grâce à José del Val directeur du club de voile de Pully qui m’a proposé un lieu plus confortable.

Les galères se suivent, j'avais prévu de ne faire que 6 km, environ 3 h de pédalage aujourd'hui histoire de sécher tout ce qui était trempé et faire un réglage mécanique au port de Pully, là où j'avais fait une mise à l'eau en début d'année et une conférence l'automne dernier avec 200 élèves. Les trois premiers km ont été sans souci quand s'est levé un vent de face, même pas très fort mais en ajoutant un courant toujours de face, impossible de tenir le cap le bateau se mettant de travers. Seule solution pagayer, maîtrisant mieux la dérive de l'étrave, ce que j'ai fait plus de deux heures de temps à très faible allure, une nageuse nous a même dépassé à la brasse tellement j'étais lessivé, bon faut dire que mon maillot de bains fait 400 kg 😁 À quelques centaines de mètres du port un sympathique gars venu d'Évian à voulu me tracter. Beaucoup de gens viennent nous voir, Raymond m'a donné une bâche pour que je dorme au sec après avoir profité du soleil pour sécher mon matelas et ma couette, Céline m'a offert un fish and chips 🙂 et Jean Pierre du Golden Snack un rouleau électrique pour charger la batterie. Ces jours prochains la météo n'est pas extra, je ne prendrai pas de risque de sortir au cas où. Quand je regarde Évian en face, j'ai dû mal à imaginer la distance qu'on a parcouru et tout ça en pédalant sous l'eau, je déplore le manque d'intérêt des médias suisses et tous ceux que je rencontre aussi, même s'ils ont entendu parlé du projet ou déjà vu le bateau. Le médical aussi aurait pu s'y intéresser, pédaler avec juste la tête à l'air pendant une dizaine d'heures pour mon âge 😆 aurait été un bon sujet. On verra la suite où à chaque jour suffit sa peine.

Les galères se suivent, j’avais prévu de ne faire que 6 km, environ 3 h de pédalage aujourd’hui histoire de sécher tout ce qui était trempé et faire un réglage mécanique au port de Pully, là où j’avais fait une mise à l’eau en début d’année et une conférence l’automne dernier avec 200 élèves. Les trois premiers km ont été sans souci quand s’est levé un vent de face, même pas très fort mais en ajoutant un courant toujours de face, impossible de tenir le cap le bateau se mettant de travers. Seule solution pagayer, maîtrisant mieux la dérive de l’étrave, ce que j’ai fait plus de deux heures de temps à très faible allure, une nageuse nous a même dépassé à la brasse tellement j’étais lessivé, bon faut dire que mon maillot de bains fait 400 kg 😁 À quelques centaines de mètres du port un sympathique gars venu d’Évian à voulu me tracter. Beaucoup de gens viennent nous voir, Raymond m’a donné une bâche pour que je dorme au sec après avoir profité du soleil pour sécher mon matelas et ma couette, Céline m’a offert un fish and chips 🙂 et Jean Pierre du Golden Snack un rouleau électrique pour charger la batterie. Ces jours prochains la météo n’est pas extra, je ne prendrai pas de risque de sortir au cas où. Quand je regarde Évian en face, j’ai dû mal à imaginer la distance qu’on a parcouru et tout ça en pédalant sous l’eau, je déplore le manque d’intérêt des médias suisses et tous ceux que je rencontre aussi, même s’ils ont entendu parlé du projet ou déjà vu le bateau. Le médical aussi aurait pu s’y intéresser, pédaler avec juste la tête à l’air pendant une dizaine d’heures pour mon âge 😆 aurait été un bon sujet. On verra la suite où à chaque jour suffit sa peine.

La galère continue, départ du Bouveret 8h, après avoir pris au plus près la côte on s'est retrouvés à l'embouchure du Rhône, l'eau est passée de 20° à 8 bonjour le choc thermique, heureusement ça n'a duré que quelques minutes. Pris un bout de bois dans l'hélice sans gravité. Plus tard pris trop près de la côte on s'est retrouvés sur du rocher tordant la protection de l'hélice et la bloquant, mea culpa un petit bateau à moteur nous a tiré juste à côté au port de la Tour de Peilz. La réparation faite on a filé direction le port de Moratel près de Cully, on a jamais pu l'atteindre, un vent de face s'est levé, voyant le ciel s'obscurcir zébré d'éclaires, je n'ai pas eu le choix les gardes côtes sont venus en pleine nuit avant qu'on finisse sur les cailloux, on était en vue du port. La nuit a été horrible, la couchette prenant l'eau et trempant tout, matelas, couette...

La galère continue, départ du Bouveret 8h, après avoir pris au plus près la côte on s’est retrouvés à l’embouchure du Rhône, l’eau est passée de 20° à 8 bonjour le choc thermique, heureusement ça n’a duré que quelques minutes. Pris un bout de bois dans l’hélice sans gravité. Plus tard pris trop près de la côte on s’est retrouvés sur du rocher tordant la protection de l’hélice et la bloquant, mea culpa un petit bateau à moteur nous a tiré juste à côté au port de la Tour de Peilz. La réparation faite on a filé direction le port de Moratel près de Cully, on a jamais pu l’atteindre, un vent de face s’est levé, voyant le ciel s’obscurcir zébré d’éclaires, je n’ai pas eu le choix les gardes côtes sont venus en pleine nuit avant qu’on finisse sur les cailloux, on était en vue du port. La nuit a été horrible, la couchette prenant l’eau et trempant tout, matelas, couette…

Arrivés au Bouveret samedi à 20h après 10h de pédalage non stop. Pour ceux qui me disait que j'allais mourir d'hypothermie après 3h de pédalage 😁. Mais galère tout le long, pas de répit, à Lugrin après mon arrêt forcé dû pagayer une heure pour accoster à un ponton aidé par des gens fort sympathiques, merci pour l'orangina. L'arrêt juste avant dans un petit port a tordu la protection de l'hélice par une eau peu profonde, heureusement que l'hélice n'a pas été touchée.

Arrivés au Bouveret samedi à 20h après 10h de pédalage non stop. Pour ceux qui me disait que j’allais mourir d’hypothermie après 3h de pédalage 😁. Mais galère tout le long, pas de répit, à Lugrin après mon arrêt forcé dû pagayer une heure pour accoster à un ponton aidé par des gens fort sympathiques, merci pour l’orangina. L’arrêt juste avant dans un petit port a tordu la protection de l’hélice par une eau peu profonde, heureusement que l’hélice n’a pas été touchée.

Arrivés au port d'Évian où on passe la nuit après 5 heures de pédalage depuis Rives

Arrivés au port d’Évian où on passe la nuit après 5 heures de pédalage depuis Rives

Mise à l’eau au port de Rives à Thonon-les-Bains. Vidéo réalisée le 2 septembre par Joel Dupont-r, responsable à lemantagneTV

Août

Belle rencontre en redescendant des Cornettes de Bises avec cette vipère péliade.

Belle rencontre en redescendant des Cornettes de Bises avec cette vipère péliade.

Entrainement avec le tour des Cornettes de Bises à 2432 m.

Entrainement avec le tour des Cornettes de Bises à 2432 m.

Juin

Mai

Avril

Mars

Février

 

Janvier