Blog

 

 

ANTI FOOLING

29 juin. J’ai caressé le ventre de My Way avec mon pinceau. Ne fantasmez pas les filles, c’est juste pourt dire que je lui ai posé son anti fooling, peinture qui protégera sa coque. Même s’il n’avait pas pris la mer et que son dernier anti fooling datait de l’année passée en Islande, sur les conseils de Jêrôme d’Uship à Évian, il était préférable de le renouveler. Je suis content, encore une pièce du puzzle qui s’est mise en place. Takuss

Read More

ORGANISATION À BORD ET SYSTÈME D

27 juin. J’ai fait la moitié du cadran, levé à 7h et entre les déplacements à pied et le travail dans le bateau, j’ai arrêté à 19h en sautant le repas de midi comme c’est l’habitude depuis mon arrivée. J’ai fait l’inventaire de tous ce qu’il y avait dans My Way et noté ce qu’il me manquait encore. J’ai remarqué que quelques repas lyophilisés, notamment des desserts et petits déjeuners avaient disparu, tant pis il m’en restre encore pour plus de 80 jours. J’ai emmené la pièce que j’ai trouvé cassée à mon arrivée chez Kim un forgeron qui m’avait aidé l’année passée, mais comme il n’était pas à son atelier, j’ai attaché les pièces à sa porte et lui ai écrit un mot en anglais sur un paquet de cigarette trouvé parterre, le système D comme Didier…

Read More

LE FIL BLEU SUR LE BOUTON ROUGE…

25 juin. My Way est plus présentable maintenant après lui avoir enlevé la poussière accumulée depuis l’automne dernier. J’ai mis le mat en place, tiré les fils et branché les appareils électroniques. En connectant les dix fils du radar anti collision « Mer Veille », j’ai pensé au film « Mais où est donc passée la septème compagnie » le fil bleu sur le bouton rouge…Car après avoir branché toutes les couleurs, sur leurs contacts respectifs, les instructions me disaient, le fil rouge sur le numéro 10, oui mais le fil restant était blanc…Pas de panique, ce fut bien le bon, et le radar marche à merveille. Percé et attaché les manches à air pour éviter qu’une déferlante les arrache. Kim de son côté a eu des bouteilles d’eau au meilleur prix, mais vu le budget j’en prendrai pour deux cent dix  litres, ce qui me fera 70 jours en buvant trois litres par jour, comme je croiserai beaucoup de cargos, au cas où, je leur en demanderais, avec du chocolat…

Takuss.

Read More

ENFIN MY WAY

Aujourd’hui 24 juin, j’ai enfin pu revoir My Way dans son hangar depuis l’automne dernier. Il y avait juste eu un petit problème puisque la poignée fixée sur la poupe qui me servait à remonter sur le bateau, était cassée, sûrement lors d’un déplacement. J’ai pu travailler toute la journée, entre autres, changer le pédalier et fixer les manches à air. Demain matin j’y retourne, je dois remettre en place le mat et connecter tous les appareils électroniques. Le temps est resté couvert toute la journée, quelques icebergs, ne voulant pas rejoindre la mer du Labrador, ont préfèré se laisser fondre gentiment près d’ici. Je trouvais amusant hier de voir certaines personnes avec des filets sur le visage, comme si elles allaient récolter du miel, mais j’ai vite compris lorsqu’un essaim de mosquitos a commencé à me suivre…

Takuss

Read More

La blague de Poseidon, puis arrivée à Qaqortoq

Mardi 21 juin à 14h30 heure locale (18h30 heure française), je pris le bateau d’une ligne régulière pour descendre à Qaqortoq, préférence dictée par mon budget car deux fois moins cher que par voie aérienne. L’arrivée était prévue à 23h59 le mercredi 22, mais c’était sans compter sur la successibilité de Poseidon qui en décida autrement en demandant à Eole, un vent du Sud très soutenu, de soulever la mer avec des creux de 3 à 4 mètres, seulement dix heures après notre départ. Je résistais une bonne partie de la nuit en entendant défiler les passagers ayant le mal de mer dans les toilettes juste à côté de ma couchette, mais n’y tenant plus, je pris le même chemin et mon dîner avec. Étant inutile de m’allonger pour trouver un sommeil qui me fuyait dû au tangage du bateau et aux ronflements d’ours polaire d’un esquimau bien en chair installé sur la couchette voisine, je me résolu à passer le plus de temps possible sur le pont, agrippé à une barrière en fixant les rochers non loin de là. Que les heures me paraissaient interminables, seul, le visage fouetté par des rafales de vent et ses embruns qui balayaient le pont. Un moment de répit lorsque le bateau quittait la mer du Labrador et entrait dans les fjords pour des escales. J’en profitais alors pour rejoindre ma couchette, mais c’était peine perdue, dès que l’on repartait et que le bateau revenait à la fête foraine, je me retrouvais dehors après avoir fait une escale aux toilettes. Le capitaine prit certainement la résolution de changer d’itinéraire en restant dans les fjords pour éviter la tempête et cela jusqu’à Qaqortoq où l’on arriva avec 6 heures de retard. Après avoir passé 29 heures sans dormir, sans boire et sans manger, en écoutant les ronflements d’un ours polaire, vous imaginez ma libération une fois à terre! Kim, un ami, m’accueillit et après avoir bu un sirop chez lui afin de me réhydrater, il me donna les clés de l’appartement de son ami Mogen. Qaqortoq étant construite en pente et l’appartement s’en trouvant au sommet, je dû puiser dans mes réserves pour y arriver. Un dernier regard à ce bateau qui m’avait emmené et que je voyais amarré, là-bas, au port, et je me dis qu’à refaire, je prendrais l’avion et l’hélicoptère pour venir ici, et même que je donnerais un gros pourboire au pilote. Une bonne douche fut la bienvenue et le canapé me tendit les bras. Malheureusement, je ne pus trouver le sommeil. En fin d’après-midi, je décidais d’aller voir mon bateau, mais ne trouva personne pour ouvrir le hangar où il était à l’abri depuis l’automne dernier. Le rendez-vous est pris pour demain matin. Après avoir fait quelques courses, je m’en retournai à l’appartement où j’écris ces quelques lignes, me rappelant cette tempête et me disant que si j’avais été en mer, maintenant, avec MY Way, cela aurait été catastrophique si près des côtes du Groenland. D’où l’importance de partir avec une excellente météo sur plusieurs jours. Donc j’espère que Poseidon, après m’avoir fait une bonne blague, bientôt m’accueillera comme un invité. Takuss.

Read More

NUUK

Petit coucou de Nuuk où je suis arrivé samedi soir sous un beau soleil sur fond bleu, vous savez ce smiley jaune accroché dans le ciel que je n’ai plus revu chez moi depuis…En ce moment j’envoie ce message adossé au mur de la bibliothèque seul endroit où je peux me connecter gratis, l’aventure quoi 😀 Demain après midi je pars en bateau pour Qaqortoq, impatient de retrouver mon cher et tendre My Way qui doit sentir que j’arrive et doit frémir de la poupe. J’espère y trouver le beau temps que j’ai ici depuis mon arrivée et une température d’environ 14 degrés. Le fjord est parsemé d’icebergs pas très gros, les plus importants attendent certainement notre départ pour nous accompagner un bout jusqu’à la latitude de Terre Neuve. Takuss pour de nouvelles infos 😜

Read More

ÉCOLE INTERNATIONALE DE GENÈVE

9 juin 2016, l’école Internationale de Genève m’accueille chaleureusement pour une conférence devant 32 enfants de primaire enthousiastes, grâce à l’initiative de Madame Sylvie Decourt institutrice de la classe 3FB, Thierry Guérard de la classe 3FA et de leur Directrice Madame Christelle Gaillard.

 

PHOTO GE4PHOTO GE5PHOTO ge2

Read More

LES ENFANTS ME SUIVENT « LE DAUPHINÉ »

Avril / Mai 2016, Didier intervient dans plusieurs classes primaires de l’écoles de Vongy qui le suivront fidèlement tout au long de son périple. Voir sur le « Projet éducatif » les mascottes de chaque classe qui sont entrain d’être mises en place.

BOVARD2recadre

Read More